ARCHITECTURES ET SONS DE MOTEURS

Sensations mécaniques et caractère moteur

Par rapport au moteur électrique, le moteur thermique offre beaucoup plus de sensations, surtout s'il est équipé d'une boîte de vitesses mécanique qui implique des variations importantes de régime, de charge, et de bruit (ralenti, montée en régime à vide ou en charge, frein moteur, reprise, filet de gaz, plein régime, etc...). Le rapport poids/puissance avec un moteur thermique est également plus favorable à autonomie égale (mais l'autonomie des batteries va évoluer) ce qui permet de meilleurs sensations.

Le couple du moteur, mesuré en Nm, correspond à la somme des forces entraînant la rotation du vilebrequin, et en terme de sensation, à une puissance importante à bas régime, permettant une forte reprise de vitesse sans rétrograder.

La puissance du moteur, mesurée en kw ou ch (1 ch = 736 w), correspond au couple du moteur x vitesse de rotation du vilebrequin, et en terme de sensation, à une accélération maximale au régime de puissance.

Les sensations sont amplifiées en cas d'irrégularité ou d'augmentation importante des valeurs de couple en fonction du régime moteur ou lors du seuil de fonctionnement d'un turbocompresseur (moteurs équipés).

Si le couple maxi n'est atteint qu'à un régime élevé et proche de celui correspondant à la puissance maxi, on dit que le moteur est "pointu", avec généralement de longues montées en régime (on parle de belle allonge du moteur), au détriment des reprises et du fonctionnement à bas régime. 

Si le couple maxi est atteint à bas régimes, on dit que le moteur est "coupleux", ce qui favorise les reprises, généralement au détriment de la puissance maxi à haut régime.

Contrairement aux moteurs atmosphériques, les moteurs suralimentés ont souvent un couple constant à partir de 1500 tr/min environ et jusqu'à un régime proche de celui correspondant à la puissance maxi.

 

La caractère d'un moteur n'est pas seulement lié à ses performances et à la façon dont la puissance est délivrée, mais également à son architecture qui  détermine à la fois son équilibrage dynamique, son cycle d'explosion et la sonorité associée, ces caractéristiques étant facilement reconnaissables à l'utilisation (surtout si moins de six cylindres) par l'onctuosité ou au contraire le cognement du moteur à très bas régime, les vibrations ressenties (en moto), et surtout le timbre d'échappement, ce qui est avant tout l'objectif de ce blog qui vise à recenser les différentes sonorités, pouvant être agréables (voire envoûtantes !) ou non mais celà reste subjectif et toujours source d'avis passionnés chez les amateurs de "belles" mécaniques.

 

Voir Moto Journal n°2279 du 06/05/2020, article technique "Les dessous du caractère moteur".



28/09/2019